Comment tenir ses bonnes résolutions

Tenir ses bonnes résolutions

Pin on PinterestShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedIn

La Saint Sylvestre arrive à grands pas et nombreux sont ceux parmi nous qui ont la tête remplie de bonnes résolutions. Comment les tenir ? La recherche scientifique nous donne un coup de pouce. ..

Le professeur en psychologie Richard Wiseman s’est penché sur la question il y a une dizaine d’années. Il a mené une étude sur 3 000 personnes à travers le monde et ainsi observé si celles-ci tenaient leurs bonnes résolutions et, si oui, comment elles y parvenaient. Je faisais partie de ces 3 000 personnes. Lire la suite…

Vider ses placards pour se vider la tête: le nettoyage par le vide

Pin on PinterestShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Pour faire place à une nouvelle année, il est temps de procéder à un nettoyage par le vide…

Comme chaque fois en décembre, je commence à réfléchir à ma bonne résolution de 2017.

J’ai pour l’instant réussi à en tenir plusieurs (notamment manger mes 5 fruits et légumes par jour et marcher au moins 30 minutes par jour) et je vous écrirai un billet à ce sujet tout bientôt !

Une de résolutions les plus pratiques de ma courte vie fut d’apprendre l’art du nettoyage par le vide. Depuis, je fais le tri dans mes affaires plusieurs fois par an. Ma maîtrise est encore loin d’être parfaite, mais ma méthode s’améliore d’année en année.

Tout a commencé quand nous avons déménagé dans une maison plus petite quand j’avais 17 ans. Nous avions jusque là toujours eu de la place (a fortiori parce que nous ne vivions qu’à deux, ma mère et moi) et avions donc adopté le mode de vie d’un écureuil prévoyant. Notre devise était «on ne sait jamais !» Au fil des ans, nous avons donc accumulé un tas de bric-à-brac indéfinissable.Lire la suite…

Les dilemmes de la Génération Y

Les dilemmes de la génération Y

Pin on PinterestShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedIn

La génération Y ou les enfants gâtés

Nés entre 1980 et 1995, les représentants de la génération Y — dont je fais partie — sont souvent mal compris par leurs aînés, aussi bien au travail que dans la vie privée.

Nous sommes — à juste titre souvent — considérés comme une génération privilégiée. L’accès répandu à la contraception a fait de nous les premiers enfants attendus et désirés. Nous avons été choyés. Nous avons été les premiers à grandir dans une société de consommation nous permettant de choisir parmi des centaines de jouets. Nous avons joui de plus de libertés telles que la majorité à 18 ans ; l’abandon du service militaire pour les garçons ; une tendance vers plus d’égalité hommes-femmes. Nous avons eu accès plus facilement aux  études supérieures ; nous représentons la première génération « Erasmus » et avons bien plus voyagé que nos parents à notre âge. En bref, nous avons bénéficié de toutes les chances que nos parents auraient aimé avoir (et dont nos grands-parents auraient à peine osé rêver).

Lire la suite…